Arles 2018: Les rencontres de la Photographie

Date : 
Mardi, 11 Septembre, 2018
De juillet à septembre, vous avez pu découvrir les différentes expositions de l’édition 2018 des rencontres photographiques de Arles sous la direction de Sam Stourdzé. Retour sur cet évènement!

Après 48 éditions époustouflantes, les rencontres photographiques sont revenues cette année avec plusieurs expositions dans plus de trente lieux. Trois grands thèmes ont été mis à l’honneur dans cette dernière édition. Le premier était consacré à l'Amérique « America, great again », en référence au désormais célèbre slogan de campagne de l’actuel président américain Donald Trump.

Cette première thématique s’articule autour de l’ouvrage du photographe Robert Frank et l’éditeur Robert Delpire qui publièrent  en 1958,  Les Américains. Un livre de 84 photographies qui a marqué des générations de photographes, d’historiens, de commissaires. Cette partie présente une série de photo qui vient questionner le regard de l’autre sur l’Amérique. Plusieurs photographes venus du monde entier sont exposés témoignant de leur regard sur l’Amérique : Robert Frank (Suisse) tout d’abord mais également, Raymond Depardon (France), Paul Graham (Royaume-Uni), Taysir Batniji (Palestine) et Laura Henno (France). Chacun à leur manière, ces photographes ont capturé la violence des contrastes, enregistré la puissance des récits traversant ce pays qui, plus que les autres, se nourrit de l’extérieur, proposant ainsi aux visiteurs un véritable voyage au cœur du continent.

© Depardon USA, 1968-1999

Le second thème abordé par cette édition était l'humanité augmentée, au cœur des débats contemporains  au sujet de l’enregistrement de toutes nos données, leur partage et leur circulation, l’avènement de l’homme numérique, le développement de l’intelligence artificielle. Une thématique qui tout à la fois, inquiète et fascine. Dans cette série on retrouve notamment les travaux de Jonas Bendiksen, Cristina de Middel et Bruno Moraisou encore Christoph Draeger et Heidrun Holzfeind.

Minuit à la croisée des chemins, ©Cristina de Middel et Bruno Morais

 

Enfin c’est l’année 1968 qui est a été mise à l’honneur. L’année des grands bouleversements : mai 68, les assassinats de Martin Luther King, Robert F. Kennedy. Une période représentant la révolte, le temps de tous les possibles, cette croyance en la capacité de construire le bonheur à grande échelle, entre rêves et béton. En France, on planifie, on développe, on urbanise.

C’est cette France-là, ce projet global d’une société qui oscille entre matérialisme et consommation, que conteste la jeunesse de 68, brandissant slogans et pavés.

Commentée par les historiens Ludivine Bantigny et Patrick Boucheron, l’exposition 1968 tente de restituer, à travers la confrontation des points de vue (archives inédites de la préfecture de police, de Paris Match et de Gamma-Rapho - Keystone), le vent de révolte qui régnait alors à Paris et plus largement dans le monde.

 

Le concours de photographie aux Jeux de la Francophonie

La photographie est l’un des concours culturels des Jeux de la Francophonie présent depuis la troisième édition des Jeux de la Francophonie qui se sont tenus à Madagascar en 1997. Ouvert aux photographes de 18 à 35 ans, le concours sera à nouveau au programme des IXes Jeux de la Francophonie qui se tiendront du 23 juillet au 1er août au Canada Nouveau-Brunswick.

En attendant vous pouvez découvrir les photographes,  lauréats de la précédente édition dans le Catalogue des artistes des VIIIes Jeux de la Francophonie.